MONTMARTRE VANCOUVER MAISON CUISINE CINÉMA PRATIQUE BIEN-ÊTRE WEEK-ENDS

Actualités du cinéma, films à voir, ouvrages sur le 7ème art, dictionnaires des films, réalisateurs, actrices et acteurs, musiques de films, principaux festivals, Cannes, les Academy Awards, les César...

Le troisième homme

de Carol Reed
Grande-Bretagne - 1949
Film noir
Grand Prix du Festival international du Film (Palme d'or) du Festival de Cannes de 1949

L'action du film se situe à la fin de la seconde guerre mondiale en Autriche dans les décombres de la ville de Vienne occupée par les quatre pays alliés.

Sollicité par son ancien camarade de classe Harry Lime (Orson Welles), Holly Martins (Joseph Cotten), un écrivain de western de seconde zone en perte de vitesse, arrive à Vienne. Mais à sa surprise, il est accueilli à la gare par le chef de la police britannique (Trevor Howard) qui lui annonce la mort d'Harry, renversé par un camion.
C'est donc à ses funérailles qu'il va assister à peine arrivé et rencontrer Anna (Alida Valli), l'amie de Harry.

Cependant trop de mystères, et surtout le témoignage du concierge qui ne cesse de mentionner la présence d'un troisième homme sur les lieux de l'accident, vont faire que Holly Martins ne croit pas à la mort accidentelle de son ami. Par amitié et par souci de loyauté et de découverte de la vérité, il va mener sa propre enquête, toujours accompagné d'Anna. On va vite découvrir que Harry n'est pas mort. Ce n'est pas dévoiler l'intrigue, Orson Welles est forcément le troisième homme.

Le film, tourné en extérieur dans les décombres de Vienne, se déroule à la façon d'un cauchemar. Le travail de la photo, l'obscurité, les jeux de lumière et d'ombres sur less gros plans, l'obsédant thème musical d'Anton Karas indissociable du film, lui-même indissociable de l'image d'une ville dévorée par le marché noir dans le chaos de l'après-guerre ajoutent au mystère et à la confusion de la situation et des sentiments.

Et puis les inoubliables scènes : le miaulement du petit chat en même temps qu'apparaît lentement dans l'encoignure d'une porte cochère le visage au sourire mi-ange, mi-démon d'Orson Welles, la fameuse tirade du coucou suisse en haut de la grande roue, la longue et interminable poursuite souterraine dans les égouts de Vienne et LA fin que Carol Reed a réussi à imposer malgré les désaccords du producteur et même de Graham Greene.

Forcément, le film ne pouvait être que magistralement interprété par Orson Welles, un Harry Lime cynique et sans scrupules, évoluant dans le monde du marché noir le plus immonde qui soit. En face de lui, Joseph Cotten, un Holly Martins, américain loyal mais naïf, donc trahi et déçu. Entre les deux Alida Valli, une énigmatique Anna, réfugiée tchèque au passé trouble, fidèle au souvenir d'Harry.

Le succès du film a été tel qu'il fut suivi de séries radiophoniques auxquelles d'ailleurs ont participé Orson Welles et Joseph Cotten, de nombreuses nouvelles sur les aventures de Harry Lime, et de près de 2000 feuilletons d'une série télévisée de la BBC qui dura de 1959 à 1965.

Le film est tiré du roman du même nom de Graham Greene. Carol Reed a d'ailleurs adapté deux autres romans de Greene : Première désillusion (The fallen idol) et Notre agent à la Havane (Our man in Havana).


Toutes les pages, textes, dessins et photos de ce site sont sous copyright 2005-2017
Mentions légales - Contact


FICHES CINÉ